L’abécédaire du web présente divers concepts et mot-clés reliés au monde du web et des communications numériques.

S

Site web
Un site web, ou simplement site, est un ensemble de pages web et de ressources reliées par des hyperliens, défini et accessible par une adresse web. Un site est hébergé sur un serveur web accessible via le réseau mondial internet ou un intranet local. L’ensemble des sites web constituent le World Wide Web.

Spam
Le spam, courriel indésirable ou pourriel (terme recommandé au Québec par l’OQLF1) est une communication électronique non sollicitée, en premier lieu via le courrier électronique. Il s’agit en général d’envois en grande quantité effectués à des fins publicitaires.

SEO
L’optimisation pour les moteurs de recherche, référencement naturel ou SEO (pour search engine optimization), est un ensemble de techniques pour optimiser la visibilité d’une page web dans les pages de résultats de recherche (les SERP, pour Search Engine Result Pages). Ces techniques cherchent à améliorer la compréhension par les robots d’indexation de la thématique et du contenu d’une ou de l’ensemble des pages d’un site web et à augmenter le trafic naturel du site.

L’objectif est d’améliorer le positionnement d’une page web dans les pages de résultats de recherche sur des mots-clés ciblés (selon les thèmes principaux du site). On considère que le positionnement d’un site est bon lorsqu’il est positionné (classé) dans la première page des résultats de recherche, dans l’une des dix premières réponses naturelles d’une recherche sur des mots-clés correspondant précisément à sa thématique.

SEM
Le search engine marketing (SEM) appartient au marketing exercé sur les moteurs de recherche. Il a pour but d’augmenter la visibilité d’un site sur les moteurs de recherche, soit par une optimisation du site pour des mots clés donnés, soit par une politique appropriée d’achat de liens commerciaux sur les pages de résultats des moteurs de recherche.

SSL
Transport Layer Security (TLS) ou Sécurité de la couche de transport, et son prédécesseur Secure Sockets Layer (SSL), sont des protocoles de sécurisation des échanges sur Internet. Le protocole SSL a été développé à l’origine par Netscape. L’IETF en a poursuivi le développement en le rebaptisant Transport Layer Security (TLS). On parle parfois de SSL/TLS pour désigner indifféremment SSL ou TLS.

TLS (ou SSL) fonctionne suivant un mode client-serveur. Il permet de satisfaire aux objectifs de sécurité suivants :

l’authentification du serveur ;
la confidentialité des données échangées (ou session chiffrée) ;
l’intégrité des données échangées ;
de manière optionnelle, l’authentification du client (mais dans la réalité celle-ci est souvent assurée par le serveur).
Le protocole est très largement utilisé, sa mise en œuvre est facilitée par le fait que les protocoles de la couche application, comme HTTP, n’ont pas à être profondément modifiés pour utiliser une connexion sécurisée, mais seulement implémentés au-dessus de SSL/TLS, ce qui pour HTTP a donné le protocole HTTPS.

T

TCP/IP
La suite TCP/IP est l’ensemble des protocoles utilisés pour le transfert des données sur Internet. Elle est souvent appelée TCP/IP, d’après le nom de ses deux premiers protocoles : TCP (Transmission Control Protocol) et IP (Internet Protocol). Ils ont été inventés par Vinton G. Cerf et Bob Kahn.

Le réseau Arpanet adopte le 1er janvier 1983 la suite de protocoles TCP/IP qui sera la base d’Internet.

U

URL
Le sigle URL (de l’anglais : Uniform Resource Locator, littéralement « localisateur uniforme de ressource »), auquel se substitue informellement l’expression adresse web, désigne une chaîne de caractères utilisée pour identifier les ressources du World Wide Web : document HTML, image, son, forum Usenet, boîte aux lettres électronique, entre autres. Les URL constituent un sous-ensemble des identifiants uniformisés de ressource (URI).

UX
L’expérience de l’utilisateur (en anglais, user experience), souvent contracté par parataxe en expérience utilisateur ou abrégé en UX (User eXperience), est un concept apparu dans les années 1990, suite à la parution de l’ouvrage de Donald Norman The Design of Everyday Things, pour indiquer que l’analyse des fonctions d’un artefact (outil, objet technique, interface homme-machine…) n’est pas suffisante pour comprendre la relation des utilisateurs avec cet artefact et qu’il est nécessaire de prendre en compte la dimension subjective et affective de la personne, qui fait intervenir la notion de plaisir.

La notion d’expérience utilisateur a vocation à compléter celle d’utilisabilité. L’expérience utilisateur est moins strictement fonctionnelle puisqu’elle met l’accent sur l’impact émotionnel cumulé à un bénéfice rationnel. Il est entendu que la démarche est bien de créer une expérience agréable.

UI
L’interface utilisateur est un type d’interface informatique qui permet à un usager de manipuler la machine. Elle coordonne les interactions homme-machine et fait partie du design industriel.

Il existe plusieurs types d’interfaces avec différentes fonctions et propriétés :

  • L’interface en ligne de commande est un dispositif dans lequel l’utilisateur peut saisir des phrases correspondant aux opérations à effectuer.
  • L’interface graphique est un dispositif dans lequel les objets à manipuler sont présentés sous forme de pictogrammes sur lesquels l’usager peut imiter des manipulations physiques avec une souris;
  • L’interface naturelle, est une interface de communication entre l’homme et la machine qui se doit d’être imperceptible. La communication se rapproche du langage humain.
  • L’interface système ou shell en anglais, est un dispositif qui permet à l’utilisateur de commander un système d’exploitation.
  • L’interface tangible est une interface avec laquelle l’utilisateur peut interagir avec la machine au moyen d’éléments physiques.
  • L’interface textuelle, utilise des caractères semi-graphiques pour afficher les menus, les boites de dialogue, les messages ou tout autre élément à destination de l’utilisateur.

L’interface web est une interface graphique d’une application Web. Elle se manipule à l’aide d’un navigateur Web.

V

Virus
Un virus informatique est un automate autoréplicatif à la base non malveillant, mais aujourd’hui souvent additionné de code malveillant (donc classifié comme logiciel malveillant), conçu pour se propager à d’autres ordinateurs en s’insérant dans des logiciels légitimes, appelés « hôtes ». Il peut perturber plus ou moins gravement le fonctionnement de l’ordinateur infecté. Il peut se répandre par tout moyen d’échange de données numériques comme les réseaux informatiques et les cédéroms, les clefs USB, les disques durs, etc.

W

WWW
Le World Wide Web (WWW), littéralement la « toile (d’araignée) mondiale », communément appelé le Web, et parfois la Toile, est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet. Le Web permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. L’image de la toile d’araignée vient des hyperliens qui lient les pages web entre elles.

Le Web n’est qu’une des applications d’Internet ; distincte d’autres applications comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le partage de fichiers en pair à pair. Le Web a été inventé au CERN par Tim Berners-Lee plusieurs années après Internet. C’est également lui qui a rendu les médias grand public attentifs à Internet. Depuis, le Web est fréquemment confondu avec Internet ; en particulier, le mot Toile est souvent utilisé dans les textes non techniques sans dévoiler clairement s’il désigne le Web ou Internet.

W3C
Le World Wide Web Consortium, abrégé par le sigle W3C, est un organisme de standardisation à but non lucratif, fondé en octobre 1994 chargé de promouvoir la compatibilité des technologies du World Wide Web telles que HTML5, HTML, XHTML, XML, RDF, SPARQL, CSS, XSL, PNG, SVG et SOAP. Fonctionnant comme un consortium international, il regroupe au 26 février 2013, 383 entreprises partenaires.

Le leitmotiv du W3C est « Un seul web partout et pour tous »